3 Fiv, 2 grumeaux, 1 vie

Just another WordPress.com weblog

Le couple face à l’infertilité 23 mai 2007

Filed under: Uncategorized — Lola @ 7:35

Suite à la brouille avec une amie très chère, je suis à mon tour aller voir sur le net ce qu’il se dit sur les couples confrontés à l’infertilité.

Et bien je comprends qu’elle se soit imaginée les pires choses. Car quand on lit ce que les psy racontent sur ces pauvres couples, on ne peut que penser le pire… D’après ces témoignages médicaux, le couple infertile va devoir affronter la déprime, une grave crise de sa sexualité, une remise en question vis-à-vis de ses propres parents, en grande jalousie vis-à-vis des couples ayant des enfants, etc. je veux bien croire que certains couples rencontrent quelques difficultés sur leur long et difficile chemin vers la conception, mais la généralité des articles qu’on trouve sur le net m’a étonnée.

Je ne pense pas être déprimée, ni mon homme. Bien sûr, il arrive que le fardeau de cette infertilité soit un peu lourd, mais nous le supportons bien et ensemble.

Je ne me suis jamais posée la question de l’infertilité de mon couple par rapport à mes parents. Peut-être juste parce que je n’imagine pas que mes parents aient eu des relations intimes pour concevoir mais je crois que c’est simplement que je ne construis pas ma vie en comparaison (voir en compétition) avec qui que ce soit.

Depuis que le verdict est tombé et que nous savons que nous allons être pris en charge par le PMA, notre vie sexuelle me semble parfaitement épanouie, et qui plus est allégée du poids de l’obligation de réussite. Finie la période où on calculait tout, où l’on espérait vraiment que la relation intime aboutisse à une grossesse. Nous avons fait ce deuil là et notre activité sexuelle s’en est sortie libérée. Que du plaisir, plus d’obligation de réussite.

J’imagine qu’après avoir glané de telles informations sur le net, il est facile d’imaginer que je suis devenue une névrosée psychotique avec des envies de meurtres… mais ce n’est pas le cas (enfin, pas encore) et j’aurais tellement aimé  qu’elle ose me demander ce que je ressentais (mais peut-être aussi n’ai-je pas suffisamment montré que je restais ouverte au dialogue ?).

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s