3 Fiv, 2 grumeaux, 1 vie

Just another WordPress.com weblog

Y’a plus qu’à 6 octobre 2007

Filed under: Uncategorized — Lola @ 11:24

Après une nuit terrible (encore une), je me lève à 6H30. Tranquillement direction la salle de bain et après la douche, je découvre la joie des ovules de progestérone : 1 le matin, 2 le soir, et bonjour le côté glamour de la fiv.

7h50, je suis cramponnée à mon téléphone et chance, à 8H05 il sonne : la biologiste m’annonce que 2 embryons se sont développés et donc il va y avoir transfert. Je me précipite prévenir mon homme qui se rase (quelle drôle d’idée, lui qui e se rase que tous les 3 jours, il a choisi de le faire ce matin : cherchait-il à tromper son angoisse ??). Rapide débat pour savoir si on implante les 2 ou un seul (nous avons déjà eu ce débat hier soir et avant-hier soir et le mois dernier et… très souvent depuis le mois de mars). Conclusion : on se rangera à l’avis de l’équipe médicale.

8h50, nous arrivons dans le service de PMA. La biologiste, toujours très souriante, nous reçoit et nous parle de nos embryons. 2 embryons de bonne qualité, un qui compte 6 cellules et l’autre 4. Pour les 2 autres ovocytes, l’un ne s’est pas développé de façon normale et l’autre s’est autofécondé (va falloir que je cherche plus d’infos sur cet étrange phénomène). Mais, au grand désespoir de mon homme, nous n’avons le Tiger Wood de l’embryon, pas de champion dans l’éprouvette. (Et pour info, un champion de l’éprouvette c’est le petit gars qui à 26 heures a déjà commencé sa division). Alors soit, ce sera 2.

9h55, le gynécologue arrive enfin. Nous entrons dans son cabinet. En fait, on n’avait pas du tout prévu d’être là tous les 2, enfin surtout lui. (C’est peut-être bête mais je n’adore pas être accompagnée par mon homme chez le gynécologue). Enfin, nous voilà installés, moi sur la table d’examen, lui à côté de moi, tous les 2 les yeux rivés sur l’écran de l’échographe. Après vérification des ovaires, le gynécologue bloque la sonde sur l’utérus pour être guidé dans ses gestes. La biologiste explique que si nous pouvons apercevoir le cathéter à l’écran, c’est qu’ils mettent des bulles d’air avec les embryons pour les rendre visibles. Et là, au moment où ils sont poussés hors du cathéter, je les vois (enfin la bulle d’air qui les accompagne) : une étoile filante traverse l’écran noir de l’échographe.

Maintenant il ne nous reste plus qu’à espérer que cette étoile filante soit le signe précurseur d’une grande aventure, qu’au moins un des deux embryons s’implante, et à essayer de vivre le plus naturellement possible pendant le deux prochaines semaines.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s