3 Fiv, 2 grumeaux, 1 vie

Just another WordPress.com weblog

Un long réveil 8 novembre 2007

Filed under: Uncategorized — Lola @ 11:38

Trois semaines, c’est le temps qu’il aura fallu à mon corps pour se réveiller. Ou alors c’est le temps qu’il m’aura fallu pour accepter à nouveau d’entendre les messages de mon corps, le laisser s’exprimer, l’accepter comme il est : vide.

Bien plus que les bouleversements hormonaux directement induits par le traitement, c’est la réappropriation de mon corps qui fut difficile. Bilan de la fiv1 et de sa sympathique hyperstimulation : 4 kilos intégralement répartis dans le ventre (pour une fois, cuisses et fesses sont épargnées) et 10 cm de tour de taille. Alors si dans un premier temps j’ai pris ça avec philosophie, lorsque le verdict final d’échec est tombé, ben toute ma philosophie est tombée avec. Comment accepter ce corps tout gonflé, énorme, pour rien ? Ce corps je le détestais : il était gros et même pas accueillant ! Le seul contact que j’envisageais c’était les bras des mon homme pour pouvoir pleurer. Sauf que l’homme en question était reparti au loin pour travailler (et vu le prix des traitements, faut bien qu’il y en ait un qui travaille). Alors c’est seule que j’ai du affronter mon corps. Faire en sorte que très vite il retrouve son volume initial, regagner la fermeté originelle (bon ok, là c’est un peu du domaine de la science fiction), l’accepter à nouveau malgré son inutilité, admettre qu’il n’avait pas qu’une seule fonction… Et progressivement, on est redevenu ami. Par petite touche, l’acceptation s’est faite. Reprendre la crème hydratante, réinvestir dans une crème pour le buste (parce que pour le coup, ces tissus là aussi ont pris cher), et finir par passer 45 minutes dans la salle de bain tous les matins signe d’une amitié retrouvée. Mais il restait un tabou, un point que je ne voulais pas envisager et c’était plutôt facile pour moi étant vue la distance qui me séparait de mon homme. Et puis subrepticement, j’ai réalisé que mon homme me manquait physiquement, et pas seulement ses bras pour pouvoir pleurer. Et maintenant, je suis impatiente de le retrouver enfin demain. Peut-être que s’il n’y avait pas eu cette séparation, mon corps et moi on se serait retrouvé plus tôt mais je n’en suis pas sûre. Je crois vraiment que l’homme aurait été très déçu par nos retrouvailles s’il était rentré une semaine plus tôt…

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s