3 Fiv, 2 grumeaux, 1 vie

Just another WordPress.com weblog

Que pour nous 24 décembre 2007

Filed under: Uncategorized — Lola @ 11:50

Contrairement à notre première FIV, nous n’avons parlé à personne de cette seconde tentative. Bien sûr, cela exclus les personnes qui viennent lire ce blog et les copinautes du forum, parce que garder tout ça rien que pour moi, j’en suis bien incapable. Mais dans notre entourage proche, personne n’est au courant. Secret d’autant plus facile à garder que pour le moment l’entourage proche n’est géographiquement parlant pas si proche que ça. Alors quand on me demande quand on va recommencer, si j’ai déjà trouvé un nouveau centre, rencontré une nouvelle équipe médicale, je mens. Ce n’est pas que je tienne absolument à garder nos tentatives secrètes mais il y a des phrases que plus jamais je ne veux entendre. Des exemples. J’en ai malheureusement tout un florilège :

–          La phrase qui fait mal: « 43% ! Mais c’est rien ! c’est très faible ». On parlait là de nos chances statistiques de réussite lors de notre 1ère FIV

–          La phrase inutile : « Je suis sûre que ça va marcher ! »

–          La phrase vous-n’êtes-pas-seuls : « la sœur de la femme de mon cousin, ça a marché du premier coup ! » Alors, ça veut dire qu’on est des losers ?

–          La phrase de culpabilité : « tu veux que je vienne ? Je peux venir, tu sais ? » Comment faire comprendre gentiment qu’ils ne peuvent nous apporter aucune aide ?

–          La phrase terre-à-terre : « Si vous avez besoin d’argents pour les prochaines tentatives, on peut vous aider. » C’est certes gentil mais ce n’est pas juste après un échec qu’on a besoin d’entendre ça.

–          La phrase qu’on ne veut pas entendre : « je suis désolé(e) pour vous »

Suite au résultat de notre première tentative, j’ai eu droit à toutes ces réflexions plus ou moins blessantes. Sans compter les personnes qui vous appellent le jour du résultat et n’osent pas rappeler pendant 3 semaines : parce que je ne suis pas enceinte, on ne prend même pas la peine de décrocher son téléphone juste pour dire « je suis là, je pense à vous ».

Alors quand dans une quinzaine de jours le verdict tombera, quel qu’il soit, je veux le garder pour moi, pour nous quelques temps.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s