3 Fiv, 2 grumeaux, 1 vie

Just another WordPress.com weblog

Frères 24 mai 2011

Filed under: C compliqué,C les grumeaux — Lola @ 4:59

Un peu de temps aujourd’hui (beaucoup de temps perdu surtout) et au hasard d’une recherche sur facebook, je trouve le profil d’une cousine.

Une cousine germaine ce n’est pas ce qu’on peut appeler de la famille éloignée. Pourtant dans mon cas, je crois que je ne l’ai pas vue depuis bientôt 10 ans. A tel point qu’en voyant ses photos, je réalisais que si je la croisais dans la rue je ne la reconnaitrai certainement pas.

Mais voilà, des événements de la vie, des caractères différents, des blessures de l’enfance ( ?) ont fait que les liens fraternels entre ma mère et son frère se sont étiolés, jusqu’à pratiquement disparaître.

S’il existe très certainement des raisons qui ont conduit à la situation actuelle, je sais que mes grands-parents ne souhaitaient pas cela. Et s’ils en sont en partie responsables, je pense qu’ils n’étaient pas conscients de leurs erreurs (le sont-ils aujourd’hui ?).

Aujourd’hui, j’ai du mal à imaginer que le lien si particulier entre les grumeaux puisse disparaître. Par contre, comment va-t-on pouvoir encourager la construction d’un lien nouveau avec un autre enfant ? Un lien forcément différent mais pas nécessairement moins fort. Non pas un lien mais deux liens finalement, celui que chacun construira avec ce nouvel élément de la fratrie.

Comment vais-je pouvoir aider mes enfants à se sentir proches, même adultes, même après moi alors même que je prends conscience que mes propres liens avec ma sœur qui ont été si conflictuels pendant jusqu’à la fin de l’adolescence sont apaisés et solides aujourd’hui et que ceux avec mon frère pourtant si forts pendant l’enfance deviennent si distants ?

Il nous reste quelques mois, voire quelques années pour asseoir de solides fondations familiales pour nos enfants. Mais est-ce bien indispensable…

Publicités
 

11 Responses to “Frères”

  1. Le Chat Says:

    Ton billet me tuche particulièrement… je viens d’échanger avec ma soeur une série de longs mails acides… et à mon avis nous ne sommes pas prêtes de renouer…
    Froidement si je regarde la situation son absence dans ma vie de m’appauvrit pas car ma soeur, compte tenu de son caractére et de sa personalité, ne m’apporte rien de particulièrement enrichissant…
    Mais on entend tellement « que la famille c’est sacrée » que parfois je me demande si je n’ai pas tord, si je ne vais pas un jour payer très cher cette dispute…
    Si elle était autre, certes, je pense que j’y perdrais beaucoup mais elle est comme elle est… et là je ne perds rien !
    Désolée pour ce comm fleuve qui me sert de psychothérapie verbale….

    Tout ça pour te dire que je pense que oui les parents jouent un rôle certain dans les relations entre fratrie… je ne connais pas l’attitude miracle à adopter mais il y en a certaines à éviter c’est sûr !!!

    J’aime tjs tes billets… qui sans avoir l’air d’y toucher soulèvent souvent de vraies grandes questions 🙂

  2. Jen Says:

    Les relations avec mon frère ont été très difficiles jusqu’à mes 20 ans à peu près. On va pas dire qu’on est proche maintenant (il vit à Paris et pour lui sa famille ce sont ses amis), mais on arrive à se parler sans se battre.

  3. helenem Says:

    Perso, j’ai 2 freres, je suis la petite dernière (10 ans apres). Je m’entends bien avec eux sans forcement les voir souvent, ils ne sont pas a coté. ils sont la quand j’ai besoin et le demande et je fais de même. On se voit avec nos enfants pour qu’ils voient leurs cousins, lien qui a son importance a nos yeux. Je ne sais pas si c’est nos parents qui ont permis ca. En tout cas une fratrie est possible avec ses tempetes et retrouvailles bien evidemment.

    • Lola Says:

      Les faire grandir de telle sorte qu’aucune tempête (car il y aura, c’est sûr) mais qu’aucune n’empêche les retrouvailles.

  4. ingrid Says:

    A part mes deux soeurs, qui sont inséparables, je ne connais pas beaucoup de frères et soeurs qui sont terriblement proches. C’est peut-être parce que dans une fratrie, on se détermine en fonction de l’autre, et ça nous emmène parfois dans des directions radicalement opposées. C’est peut-être aussi tout simplement qu’un frère, une soeur, ce n’est pas un copain, c’est autre chose. Il y a un lien qui n’a pas besoin d’énormément de proximité, mais qui résiste aux tempêtes, le plus souvent, et qui fera qu’on est là pour l’autre quand c’est nécessaire. C’est ce lien que tu construis entre tes fils, et que tu construiras avec leur frère ou soeur.

    • Lola Says:

      Je crois comme toi au côté permanent du lien fraternel, À cette possibilité de soutien inconditionnel. Malheureusement, j’ai des exemples dans ma famille de liens qui n’ont pas résisté et qui sont aujourd’hui définitivement perdus.

  5. Je reviens après une longue absence et m’arrête sur ce dernier billet, nouvel élément de la fratrie? a y est? Bravo! Ici on caresse l’idée, prenons raison ou peur et finalement la question reste en suspens.
    Cousins pas vus depuis une bonne vingtaine d’années. drame familial.
    6 frères e soeurs, (dont 5 demi) liens étiolés alors que ma mère voulait une grande famille unis, tout a explosé. Je me pose les mêmes questions.

  6. Miss zen Says:

    C’est une question qui me turlupine parce que mon fils devrait rester enfant unique etant donne notre long parcours. Certes il aura un « demi-frere » mais de 15 ans son son aine. Moi qui suis si proche de ma soeur, j’ai tellement peur qu’il se sente seul. J’espère qu’il sera aussi proche de ses cousines mais la aussi, la plus jeune a 10 ans….deja. Mais je n’ai pas de recettes, je ne sais pas pourquoi je suis proche de ma soeur, je ne sais pas si mes parents ont influence ? Je crois qu’on ne se chercher pas des poux, on ne compare pas, on respecte les choix de chacune et pour le reste on essaye de rigoler

  7. Maman Crotte Says:

    J’ai beaucoup de chance mes 4 crottes sont limites fusionnels. C’est assez troublant. Là, le grand est parti chez son père pour le WE, et Jules et Alexandre répètent à longueur de journée ‘Théoooo parti….’ en collant leur bout d’nez sur la vitre.
    Pas de recette non plus. J’ai qu’une soeur. Elle est à 400 km. Elle est mon opposée. Je peux rester 6 mois sans lui donner de nouvelles (et vice versa), mais elle sait qu’un claquement de doigts suffit pour me faire arriver en trombe. C’est déjà arrivé.
    Chez Papa Crotte, ils sont 8 frères et soeurs : famille recomposée PARFAITEMENT réussi.
    Il faut peut être simplement laisser faire leur nature, tu en penses quoi ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s