3 Fiv, 2 grumeaux, 1 vie

Just another WordPress.com weblog

Fierté déplacée 4 avril 2012

Filed under: C compliqué,C du grand n'importe quoi — Lola @ 4:15

Je suis entourée de femmes qui refusent la péridurale. Bon, j’ai 3 amies qui se vantent d’avoir accouché sans péridurale. Ne comprenant pas bien cette position radicale, j’ai demandé à l’une d’entre elles qu’elle m’explique. Parce que sorti du « tu enfanteras dans la douleur », je ne voyais aucune raison de s’imposer cela.

Point de raison religieuse pour elle, mais « la fierté de l’avoir fait ». Rien que ça ! Et de m’expliquer les détails de cette fierté, les longues heures de souffrance mais pour quelle récompense…

J’en suis restée sans voix. Dans la tête de certaines femmes, il y a donc des accouchements plus respectables que d’autres, des mères qui seraient meilleures parce qu’elles ont refusé l’aide d’un anesthésiste. Je n’ose imaginer ce qu’elle pense des femmes qui ont recours à la césarienne. Pire, comment voit-elle celles qui ont recours à l’adoption ? Le fait d’accoucher dans la douleur donne-t-il un atout qualité à ces mères ? Peut-on envisager une échelle de valeur des mères en fonction de leurs choix lors de l’accouchement ?

J’en ai presque été blessée en voyant que pour elle, j’étais une moins bonne mère car j’avais refusé de souffrir en donnant naissance à ma fille (et je ne parle même pas de la naissance de mes fils). J’ai vécu deux accouchements très différents : une césarienne programmée et un accouchement par voie basse. En ai-je préféré un plutôt que l’autre ? Non. Une émotion plus forte ? Non plus. Ai-je un lien différent avec mes fils qu’avec ma fille. Certainement mais ce n’est en aucun cas lié aux heures qui ont précédé leurs naissance.

Il y a tant d’épreuves franchir, tant de chose à donner à nos enfants, tant de moments à partager, combien de pas à leur côté avant de pouvoir se dire que si, nous avons été la meilleure mère possible pour eux.

Bien entendu, je suis loin d’en être à ce stade mais je n’avais jamais eu le sentiment de partir  avec un handicap dans mon capital «bonne mère » pour avoir choisi le confort que la médecine moderne peut offrir. Et si je m’étais trompée…

Publicités
 

21 Responses to “Fierté déplacée”

  1. Miss Zen Says:

    Je pense qu’il y a une volonté de renvoyer la femme à son rôle unique d’uber-mere sur laquelle repose toute la responsabilité du bien-être des enfants, excluant le rôle du père. Ca commence avec cette histoire de péridurale « la mère héroïne, sacrificielle » : je trouve ça assez culpabilisant pour les autres femmes et aussi pour l’enfant (regarde ce que maman a souffert pour toi). Et puis il y a toute la pression sur l’allaitement alors qu’il n’y a aucune preuve scientifique de sa supériorité. Et puis la pression sur le mode de garde. Enfin je veux juste dire au lieu de nous juger, au lieu d’établir des critères de valeur entre nous, qu’on s’entraide plutot sur des sujets clés : les horaires en entreprises, la participation des pères , les places en crèche, le futur de l’obstétrique, etc….

  2. La fille Says:

    Je suis d’accord avec Miss Zen. Cette idée de la femme qui ne peut pas être femme sans être mère, pousse certaines à mettre des échelles de valeurs. Est-ce que tes FIVs te rendent plus mère que l’accouchement sans douleur? Quand aux femmes qui adoptent, elles n’ont souvent pas trop eu le choix et elles savent bien que cette voie est l’accouchement le plus long de la création (et pas de péridurale pour ça).
    Je me demande si ces femmes qui refusent la péridurale par fierté (et uniquement pour ça, on peut choisir un accouchement pas trop médicalisé sans se sentir mère-courage pour autant) n’ont pas en fait une piètre image d’elles-mêmes qui les poussent à vouloir se trouver du mérite là où il n’y en a pas.

  3. Le Chat Says:

    hé hé hé la fin du comm de La Fille me fait sourire… car elle a peut-être raison !
    Et puis aussi il y a aussi dans chaque « mère/maman en devenir » sa propre histoire qui se joue/rejoue/revient… cette douleur est peut-être nécessaire pour ELLE et elles ont peut être tendance à mélanger ce qui est nécessaire pour elle de ce qui peut être généralisé pour être une bonne maman…

    • Lola Says:

      Une fois de plus, ta remarque sonne si juste.
      Certaines femmes n’envisagent pas la maternité sans grossesse, d’autres ne peuvent penser l’accouchement sans douleur.

  4. kakaille Says:

    Si on part du principe de ton amie, moi qui ai adopté mes deux petits loups, j’estiment être une super méga maman dès le départ, parce que pour nous, point de calin sous la couette pour les fabriquer, mais en échange des heures d’entretiens stressants, de questionnaire loufoque et autres petits plaisirs, sans oublier ces semaines, ces mois à se morfondre de douleur psychologique et physique (si si ..) de ne pas voir arriver nos loulous … alors je pense avoir un sacré capitale de base … 😉 … bon, j’espère que tu l’auras compris, tout cela est ironique … si certaines maman en sont à « compter les points » de nos compétences de maman dès l’accouchement, c’est qu’elles doivent avoir un sérieux problème de confiance en elle et en leurs atouts pour élever leurs enfants, tu ne crois pas ???
    Ne doute pas, relis les posts que tu as mis sur ton acocuchement … et tu te remémoreras le bonheur de ce moment, il n’aurait pu être autre, c’est comme ça que devait commencer ta relation avec te fille …. 🙂
    Au plaisir !!! Kakaille

    • Lola Says:

      Je suis heureuse d’avoir débuté ma vie avec ma fille dans un éclat de rire.
      Mais je ne voudrais pas qu’on puisse dire à ma fille que j’ai choisi de ne pas souffrir donc que je suis une moins bonne mère.
      Oui, c’est ça, j’ai peur du futur jugement de ma fille si elle entend ces réflexions.

  5. Gianlu Says:

    Bonjour,
    Je suis journaliste de l’émission C’est ma vie, présentée par Karine Lemarchand et diffusée sur M6, je prépare actuellement un documentaire de 30 minutes consacré aux mamans ou aux couples qui se battent pour avoir un enfant; des couples qui désirent avoir un enfant et qui ont recours à l’assistance médicalisée à la procréation.

     Vous avez eu recours à l’assistance médicalisée à la procréation.

     Vous allez accoucher à la suite d’une FIV ou un TEC…

     Vous avez plus de quarante ans et désirez-vous avoir un enfant ou êtes-vous enceinte.

     Vous vivez une grossesse multiple ou particulière.

     Vous essayez d’avoir un quatrième bébé

    L’objectif du sujet serait de suivre les témoins dans leur quotidien et de les accompagner dans une démarche liée à leur désir d ‘enfant. Si le projet vous intéresse, si vous souhaitez en savoir d’avantage, n’hésitez pas à nous contacter pour nous raconter votre histoire.

    Cordialement,
    Gianluca
    Journaliste C’est Ma Vie
    01 53 17 99 05
    castingmata@gmail.com

  6. Punaise comme ça m’énerve ce type de bonnes femmes et j’imagine qu’elles doivent regarder de haut celles qui n’ont pas pu procréé de façon naturelle ou celles qui n’allaitent pas (par choix ou non).
    Tiens je vois que tu as été contactée par une journaliste dans tes commentaires. J’ai été contactée par la même ! LOL !
    Biz

  7. peekaboo Says:

    pour ma part, j’ai accouché la première fois sans péridurale… l’anesthésiste que j’avais demandée après 10h de travail m’a proposé un peu d’hypnose pour attendre les 30 minutes nécessaires au passage de la perf avant la piqure, et bébé est arrivé avant la fin des 30 minutes. La deuxième fois, j’ai eu la péridurale malgré moi, bébé en souffrance, mère fatiguée. J’ai pu comparer. J’ai nettement préféré sans péridurale pour mon vécu, mon expérience, mes sensations, surtout après la sortie du bébé. Je précise que je n’ai jamais eu d’épisio. Cela relève du choix de chacun. Il n’y a pas de bon ou de mauvais accouchement, et la meilleure mère pour ses enfants est leur maman, quelle qu’elle soit. Pour certaines, accoucher sans péridurale est important pour elles, c’est leur choix. pas le tien. et cela n’est pas comparable. Nous avons la chance d’avoir le choix. Savourons.

    • Lola Says:

      Le choix oui, le jugement de valeur non.
      Je ne me sens ni pire ni meilleure que les femmes qui accouchent sans péridurale.
      Ni pire ni meilleure que celles qui choisissent la césarienne programmée.

      • Sophie Says:

        Bonjour,
        Juste un petite remarque sur l’image qu’a utilisée ma sage femme lors de ma prépa naissance : l’accouchement, c’est comme gravir une montagne : certaines vont la gravir entièrement à pied, d’autres vont préférer prendre le téléphérique dès le début, d’autres encore à mi-chemin, etc… L’objectif restant d’arriver au sommet, quelles que soient le chemin choisi ! Je trouve cette image très chouette pour illustrer le choix que nous avons. Pour ma part, ayant expérimenté les deux, j’ai ma préférence (effectivement, c’est très personnel), mais je ne me considère pas comme une meilleure mère sous prétexte que j’ai eu un accouchement physiologique. C’est un choix, qui ne doit pas être jugé, nous ne sommes pas égales face à la douleur. Dans le même registre, allaiter ou non son bébé est un choix, qu’on n’a pas à justifier.

  8. Sophie Says:

    Désolée de l’erreur d’orthographe : quel que soit le chemin choisi

  9. Sarah Says:

    Je viens de chez Le Chat… Et j’applaudis à deux mains!

  10. Yoko Says:

    Alors comme ça, selon vous, une femme qui aurait accouché de manière physiologique, sans péri et sans médicalisation excessive n’aurait pas le droit d’éprouver de la fierté? Mais il ne me semble pas que cette amie vous a accusé d’être une moins bonne mère qu’elle, non? C’est vous qui l’interprétez ainsi, pas elle. Qui juge qui, ici?

    Non, les femmes qui souhaitent accoucher sans péri ne sont pas des maso ou des saintes martyrs. Elles ne confondent pas douleur et souffrance: la souffrance, on la subit, on est passive face à elle mais la douleur du travail de l’accouchement, c’est le signe que le corps travaille et qu’il fait bien ce pour quoi il est conçu. Viendrait-il à l’idée d’un marathonien de supprimer la douleur de l’effort sportif si cela était possible? Reproche-t-on à ce même marathonien, parvenu au bout de son parcours, de ressentir une immense fierté parce qu’il a le sentiment de s’être dépassé? Je ne crois pas. Et, à mes yeux, un accouchement physio, c’est comme une épreuve sportive: c’est douloureux, c’est vrai mais on se sent tellement accompli et fier de soi au final.

    2-3 petites choses à savoir à propos de la péri et que vous semblez ignorer:
    Qui dit péridurale, dit :
    – possible chute de tension donc injection préventive de médicaments vasopresseurs,
    – risque accru de souffrance fœtale, donc monitoring en continu,
    – mobilité réduite, donc risque de ralentissement du travail, donc perfusion de Synto,
    – davantage de risques d’extraction instrumentale (voire de césariennes) et donc davantage de risques d’épisiotomie.
    Et j’en passe…

    Ces femmes refusent au contraire de s’abandonner aux mains des médecins tout-puissants, elles refusent d’être perfusées, monitorées en continu, clouées au lit pendant toute la durée du travail, elles n’ont pas envie d’attendre qu’on leur dise de pousser pour le faire, car, sans péri, le corps sait très bien quand le moment est venu. Elles veulent tout simplement rester connectées à leurs sensations et à leur bébé pour le guider vers la sortie (car il sera beaucoup plus difficile pour ce dernier de trouver son chemin dans le bassin si la femme reste allongée; et, d’autre part, si la péri supprime la douleur, elle ne fait rien pour le bébé qui, lui, reste tout seul à subir la tempête des contractions pendant que maman est en train de plaisanter avec les SF ou avec le beau gynéco…). En un mot, elles veulent être actrice de leur accouchement jusqu’au bout. Ce sont des femmes qui font tout simplement confiance à leur corps et qui savent qu’il est fait pour accoucher. Elles ont le droit d’être fières pour cela…

    Alors je peux tout à fait comprendre que les femmes qui ont dû passer par la PMA aient du mal à croire que la technologie médicale n’a pas que du bon et qu’elles ne comprennent pas qu’on puisse refuser de s’abandonner aux mains du Dieu gynéco. Mais si un nombre de plus en plus important de femmes refusent cette médicalisation, c’est qu’elles ont de très bonnes raisons, croyez-moi. Ce n’est sans doute pas votre cas mais nombreuses sont celles qui ont eu le sentiment de s’être fait voler leur accouchement car la péri les a totalement privées de leurs sensations…

    • Lola Says:

      Accoucher un acte naturel et simple, j’en conviens tout à fait. Et toute femme enceinte accouche. Mais toute femme même si elle le souhaite ne pourra porter un enfant. Alors oui, pour moi, le miracle était au niveau de la conception. Mon homme a été bien plus fier de moi lorsqu’il m’a vu subir les traitements, réaliser les nombreuses injections que lors de l’accouchement.
      Mon miracle à moi avait eu lieu. Je n’avais pas besoin de sacraliser l’accouchement.

      Enfin, sachez que si on a la chance d’avoir une péridurale bien dosée on ne perd pas complètement l’usage de ses jambes, on garde des sensations. J’avais conscience des contractions, j’ai senti ma fille s’engager et j’ai pu prévenir l’équipe médicale de son arrivée imminente, j’ai senti ma fille sortir.

  11. seveuhreen Says:

    Pour mon fils (le second) …. j’ai eu la péri tardivemement…. ouverture à 8 …. (bandes de gros nuls !!!!!!) et je peux confirmer qu’accoucher sans, de nos jours c’est du grand n’importe quoi !!!!!!!!!!!!! elles sont totalement folles ces femmes hihi Moi j’hurlais : « JE VEUX LA PERI AIDER MOI APPELER l’anesthésiste … »

  12. Lorelei Says:

    Si tu te poses encore des questions sur les raisons qui poussent de plus en plus de femmes à vouloir accoucher sans péri, je te conseille d’aller cet article très complet sur la question, ainsi que les commentaires qui les accompagnent:

    http://www.poule-pondeuse.fr/2012/06/18/pourquoi-accoucher-sans-peridurale/

    Et tu constateras que, NON, ce n’est pas une position « radicale », et, NON, les femmes qui accouchent sans péri n’éprouvent pas de fierté « déplacée » (et ne sont pas « totalement folles » comme le suggère le commentaire ci-dessus). Et c’est toi qui te plains de te sentir jugée par d’autres…? o_Ô

  13. Fa' Says:

    Vous semblez souffrir d’un jugement de valeur porté à votre égard parce que vous avez choisi d’accoucher sous péridurale. A vous lire, je constate que vous portez vous même un jugement de valeur à l’égard des femmes qui choisissent d’accoucher sans. Il n’est pas question d’être une plus ou moins bonne mère selon son choix d’accouchement. Vous vous posez les mauvaises questions. Vous a t on vraiment dit que vous étiez une moins bonne mère parce que vous avez accouché sous péridurale ? Cela me semble bien étrange et déplacé.
    Accoucher sans péridurale signifie aussi être actrice de son accouchement, refuser la médicalisation à outrance autour de l’acte, refuser le produit anesthésiant qui anesthésie non seulement la maman mais aussi le bébé, vouloir vivre ce moment précieux en accord avec son bébé.
    Il est, quoi qu’en disent certaines, tout à fait possible d’accoucher sans péri et sans douleur intolérable. Si tout se passe bien, tout est question de maîtrise.
    Bien entendu, d’autres choisiront d’accoucher sans douleur et donc sous péri et se concentrer sur d’autres moments précieux avec le bébé. Evidemment. Nous avons la grande chance de vivre dans ce pays développé qui nous donne d’avoir le choix d’accoucher à notre guise, avec ou sans aiguille, dans n’importe quelle position. Je pense qu’il est surtout nécessaire, comme pour tout, et puisque que la possibilité nous est offerte, de REFLECHIR à la manière dont nous souhaitons donner naissance. Et sans pour cela être jugées.

  14. Biboune92 Says:

    Mon dieu.. Ce qu’il ne faut pas lire ! Il semblerait que vos problème de fertilité vous rendent frustrée et aigris… Tant de bêtise dans vos propos ! Comment peut on à ce point juger des femmes qui accouchent naturellement, les classer dans la petite case de la « vantardise »… C’est ridicule ! Oui elles (et moi aussi!) sont fières d’accoucher naturellement, mais c’est une fierté tout à fait personnelle, un challenge qu’on a envie de se donner. Quoi de plus naturel qu’un accouchement sans péri ? C’est ainsi depuis la nuit des temps ! Oui j’ai aimé souffrir durant la naissance de mes enfants, pour la simple raison que c’est une belle souffrance… Celle de la vie. J’ai senti mes filles évoluer, progresser vers la vie et notre rencontre, j’ai vécu intensément chaque seconde de leur naissance, ce jour où je leur ai donné la vie. C’est mon droit, mon bonheur, mon choix et personne ne peut me dire que je suis maso, trop fière, vantarde ou que sais-je encore… J’ai fais ce qui me semblait être mon rôle. C’est mon point de vue, je ne critique pas celle qui prennent la péri, elles font ce qu’elles veulent et ça n’en fait pas de moins bonne maman alors ne critiquons pas celle qui choisisse d’assumer jusqu’au bout leur grossesse et futur maternité naturellement pour le vivre à fond. Je ne reprends pas chaque phrase, elles sont d’un tel ridicule que je pourrai monologuer pendant des heures tellement de telles stupidités me sortent de mes gonds. Quant à l’allaitement, bien sur qu’il a été prouvé scientifiquement qu’il répondait bien mieux au besoin de nos enfants que le lait artificiel… Ceci dit je peux comprendre que certaines femmes n’aient pas envie d’allaiter mais que les « pro bib » ne pointent pas les allaitantes les rabaissant ni plus ni moins à des vaches à lait ! Ca me met hors de moi ! Il n’y a rien de plus naturel que d’allaiter son enfant, c’est grâce à l’allaitement que nous sommes la aujorud’hui mesdames, le lait artificiel n’existent pas depuis longtemps, autrefois les femmes n’avaient pas le choix. C’est la nature, c’est ainsi… Qui êtes vous pour cracher sur ça ?
    Et je suis désolée, mais l’accouchement c’est un acte magique… La rencontre avec son enfant.. COmment ne peut-on pas en tirer un sentiment de bonheur, d’accomplissement, d’euphorie, de fierté d’avoir su créer un petit être et l’avoir mis au monde ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s